logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

12/11/2007

MERCREDI JE SERAI EN GREVE, ... DE BLOG

Je ne viendrai pas sur vos blogs, je ne publierai pas de note, je n'enverrai pas de blague ou de diaporama; je ne parlerai pas de mes petits-enfants ni des petits oiseaux ni des belles couleurs de l'automne ! Je ne sais même pas si je répondrai à vos appels au secours en informatique.

Vous pouvez vous joindre à mon mouvement.

Parce qu'il y en a  marre des grèves de la SNCF et autres fonctionnaires.

Parce qu'il y en a marre de l'agitation de guignols qui se disent étudiants et qui veulent bloquer les gares...

Parce que je suis fier d'avoir (presque) terminé ma vie professionnelle sans aucun jour de grève.

Sans embêter mes concitoyens, mais au service des entreprises qui m'ont donné un travail, même si elles ne me l'ont pas toujours rendu, et au service de mes clients.

Je partirai avec une petite retraite, d'ingénieur, environ 1500 €, mais je pense que c'est bien suffisant.

Par rapport au reste du monde, en France et bien au delà, en Europe et sur les autres continents.

Un peu de décence donc, messieurs (et mesdames) les syndicalistes!

Et un diaporama sur le monde qu'ils voudraient défendre.
C-G-TixleGaulois...ben.pps

Pour compléter mon propos, ci-après la chronique, aussi brillante qu'à l'habitude, de André Montaud, de la revue industrielle thesame-innovation :



"La raison du plus fort, n’est pas toujours la meilleure.
Nous l’allons montrer tout à l’heure.
Un manant allait d’un pas pressé, le long d’un quai de gare.
Il était souriant, car son agenda compressé, l’avait mis à l’abri d’une grève annoncée.
Il avait en effet réussi à caser, avant que de partir, ses rendez-vous décalés.

Il serait donc bientôt dans ce cheval d’acier dont la flèche élancée faisait toujours rêver.
Déjà jeune étudiant fauché, il l’avait chevauché lors des premiers voyages.
Plus argenté ensuite, il l’avait emprunté des centaines de fois.
Il l’avait vu mûrir, de l’orange flamboyant des origines au bleu gris soutenu quasiment électrique avant qu’un embonpoint racé ne l’amène à grandir sur deux étages superposés.
Il en connaissait tous les recoins, toutes les odeurs, tous les sons, toutes les petites attentions que la dame du rail offrait à ses chevaliers les plus méritants.
Il n’en avait jamais voulu à cette étonnante machine, qui, fendant l’air des plaines picardes retrouvait, tunnel passé, un flegme britannique, pour parcourir les derniers miles grands bretons.

Accroc du TGV, il le revendiquait, car cette invention de génie, lui faisait remiser, au rang des oubliettes, les fort dures couchettes et autres trains de nuit.

Le manant, toutefois, était un peu inquiet : son efficacité, lui permettant son départ avancé, le mettait, de fait, dans l’illégalité. Certes, le distributeur en gare, lui refusait le TGV souhaité et le guichet était déjà fort encombré, mais le contrôleur, il le savait, serait là pour régulariser.
Il le croise de suite en montant en première, en grande discussion, avec sa charmante collègue, autour d’un papier très coloré.

- Bonjour mon cher monsieur, je voudrais, s’il vous plait, modifier mon billet.
- Il n’y a pas de problème, nous allons procéder. Vous arrivez ici avec pas mal d’avance. Vous voici en première. Et vous possédez la réduction de ceux qui, comme vous, ont de grandes familles. Je vais donc consulter mon papier coloré.

Croisant en XY avec sa partenaire le tableau précité, il découvre le cas du manant souriant.

- Hélas, mon bon monsieur, votre billet valide n’est ici plus valable car nous avons depuis LA nouvelle tarification que voici.
- Que faire alors, cher agent patenté, pour malgré tout voyager ?
- Vous allez au guichet pour changer ce billet ou alors vous payez un tout nouveau ticket.
- Mais si je vais au guichet, ce train, je vais rater !
- Oui, mais C’EST VOUS QUI VOYEZ !

Le manant, connaissant la savoureuse réplique,
Regarda autour de lui si une caméra cachée
N’était pas en ces lieux pour enregistrer
La situation qu’il aurait aimé trouver vraiment comique.

- Vous me dites, Monsieur, que je ne peux choisir qu’entre rester sur le quai ou partir et payer ?
- C’EST VOUS QUI VOYEZ !

Le manant dépité, décida de rester, et passa de ce fait, pour dame SNCF, du rang de voyageur honnête à celui moins reluisant, de contrevenant consentant.

Quelques instants plus tard, le seigneur de ces lieux, passant de siège en siège, arriva de ce fait, près du manant devenu malgré lui totalement malhonnête.

- Je vais vous établir un tout nouveau billet, car depuis pas longtemps les règles ont changé. Si vous aviez un billet Pro, nous aurions concilié.
- Mais savez-vous cher Monsieur, grand seigneur de ces lieux, que j’ai pris bien avant le billet pré cité. Sauf erreur de ma part, la loi de permet pas de modifier les conditions sur la chose déjà achetée. Comment aurais-je pu en ces temps, me procurer autre chose alors que votre seigneurie n’avait rien proposé !
- Je n’en veux rien savoir, mon papier coloré m’indique que je dois, ici verbaliser. Mais vous pourrez aussi demander la faveur de mes chefs. Voici pour votre avis, le docte document de la réclamation client.

Le manant fort déconfit se trouva à payer un billet qu’il avait acheté !

Moralité :
Amis de cette lettre, le lancement d’un tout nouveau produit ne peut jamais se faire,
Sans avoir expliqué à ceux qui vont le vendre que l’on doit concilier.
Combien d’innovations sont tombées dans l’oubli
Parce que l’on n’avait pas donné l’information précise
À celui promouvant la dernière merveille !

Dame SNCF, votre preux chevalier, amoureux de TGV, souhaiterait désormais que votre contrôleur ne se trouve armé que d’un simple papier, fusse-t-il coloré, pour répondre avec justesse et justice au manant fort pressé. Au-delà du tableau, une petite ligne sur la non rétroactivité des conditions de vente aurait pu éviter que le manant, rédacteur de ces lignes, ne transforme en prose son ticket de transport, parait-il invalide.

Ce récit en farce fut fait, on l’appela « le billet de train et le billet d’humeur » et devint newsletter d’un novembre embrumé.


André Montaud "

Et comme tout finit par des histoires Chevalier et Laspales "Pour aller à Pau" rejoindre Framboisine par exemple...

Commentaires

Je découvre votre blog sur ce coup de gueule

Écrit par : Pierre | 12/11/2007

Que voila une bonne idée ! Et si un jour les usagers se syndiquaient et décidaient ...........eux aussi de faire grève ? .........juste retour des choses ........mieux :décidaient en bloc de ne pas payer leurs billets ?
Claude

Écrit par : Claude | 12/11/2007

Je travaillais dans une entreprise, sur Lyon pas de syndicat, je n'ai jamais connu de grève parmi le personnel, 41 ans de travail; par contre la grève mémorable, une vie difficile pour aller travailler, pendant la grève des routiers.Bien le sketch "le train pour Pau". Bonne soirée Dominique, amitiés.Renée

Écrit par : Renée | 12/11/2007

Bonjour Dominique,

L'entreprise qui me faisait vivre, avec quelques milliers d'autres salariés, depuis le manoeuvre jusqu'au PDG, a connu depuis sa création un quart d'heure de grève et encore sur un seul chantier.
Nous avons été souvent confrontés à des mouvements sociaux ( privés ou publics) qui paralysaient les chantiers.
Il y a toujours eu dialogue et respect, avec une vraie considération pour chacune personne qui faisait de son mieux.
Les régimes spéciaux ne le sont plus pour beaucoup, et ce mouvement n'a pas la légitimité qui faut réussir les grèves.
D'un autre côté, les grands patrons du CAC 40 et autres grands dirigeant n'ont pas non plus le mérite qui fait enfler leurs rémunérations au delà de l'insupportable.

Et je crois que la réforme des régimes de retraite serait passée plus facilement si celle des députés et des stock-options indécentes avait précédé.
Une rémunération, qulequ'elle soit, ne devrait pas dépasser un certain nombre de fois le SMIG. Que ce soit 50 fois, plus ou moins, peu importe. Le cas des carrières courtes, danseur (se) , sportif (ve), et autres à définir devrait permettre seul des exceptions de rémunération, (à condition que les revenus post carrière soient insuffisants)

Bonne grève mercredi.

Le grillon

Écrit par : christian | 13/11/2007

Joli !!
Vivent les savoyards ..et les hauts-savoyards !!
(Quelle est la mauvaise langue qui a dit : "La Savoie est à la Haute-Savoie ce que la couture est à la haute-couture" ?)

Bien amicalement

Écrit par : Gérard | 13/11/2007

Pas mal !!! ...et en plus en prose et... en douceur, tout est dit...
Bonne gréve donc...moi, je travaillerai de nuit et il n'existe aucun transport en commun pour rejoindre mon lieu de travail à ces heures...
Ben oui, du coup, je pollue puisque la vingtaine de kilomètres que je dois parcourir et difficilement faisable en vélo... Le dénivellé est un peu dur pour moi... Et je n'ai droit à aucune indemnité d'essence, pourtant mon budjet a plus que doublé,...alors que mon salaire stagne lui, depuis...fort longtemps.
Bizzzous
ghys

Écrit par : ghyslaine | 13/11/2007

Pas de train à Pau, pas de train pour Pau, et en plus étudiants sur les voies,
ON MARCHE?
Je propose une balade au bois du château
et un petit café, au bord du gave, comme le Grillon,

Écrit par : framboisine | 13/11/2007

tu vois, je double mon temps de travail et me remets un petit coup de Laspallès!
celui -là, quand nous le croisions près de Falguières, il me fichait la trouille, pareil dans la vie!

Écrit par : framboisine | 13/11/2007

Heraime a fait peu de grèves.Je ne connais pas suffisament tous les régimes spéciaux pour juger de leurs actions,et de toute façon heraime ne juge jamais.Je viens de lire sur le journal les échos que notre groupe allemand dont je ne citerai pas le nom mais qui a 450000 employés se permettait d'avoir une caisse noire de 1.6 millards d'euros;tu m'as bien entendu.Alors que notre patronnat de la métallurgie en a une de 200 millions d'euros.Enfin ,c'est ce que le fisc a découvert.Tu ne crois pas qu'une bonne partie aurait du revenir à ses salariés.Tous pourris.Pas de quoi se réjouir. bonne journée malgré tout Dominique.

Écrit par : heraime | 14/11/2007

Sachons raison garder ...comme disait Ballamou !

Écrit par : Tietie007 | 14/11/2007

Bon Papydom , on se réveille !
La grève semble toucher à sa fin ...
Alors bon retour dans la blogosphère .
Amicalement .

Écrit par : lebrac | 15/11/2007

Tout à fait d'accord avec cette note. Hilarant ces diaporamas et sketchs.....
J'ai calculé, qu'en quarante et plus d'années passées à travailler à Paris j'ai "subi" en totalité plus de six mois de gréves des transports avec tout ce que cela comporte... Longues marches à pied, retards, enervement fatigue ..

Travaillant dans une banque j'ai pu constater les dégats provoqués par les affreuses gréves de 1995 chez certains de nos clients entreprises..Certaines de ces sociétés ne s'en sont pas remises et ont fait faillite avec licenciements à la clés....

Il m'est arrivé deux ou trois fois en quarante ans de faire gréve, Mais cela ne génait en rien nos clients...

C'est vrai, les "usagers" Sont en position d'infériorité gràce aux monopole des entreprises publiques...
Les clients, eux, peuvent faire jouer la concurrence, et ne pas aller là ou il y a la grève....

Écrit par : pierlouim | 16/11/2007

Il faudrait demander aux "pegnauds" d'Ambert ce qu'ils pensent de la grève sncf.Il faudrait qu'ils fassent la grève de la traite des vaches.....Tu vois Dominique,si je ne viens pas te visiter ,il y à toujours une bonne âme pour m'informer de gentillesse.Au Cheix,nous n'avons pas de vaches donc nous n'avons pas de merde devant nos portes.Par contre nous sommes envahis par le co2,quand les vacances arrivent ......M@+

Écrit par : mireille | 17/11/2007

j'y reviens! il est minuit, et Mamie Zette et moi venons de nous en resservir une p'tite gigoulette, c'est vraiment un bijou,
Quand tu viendras à Pau, sois sûr que le train s'arrête!
ou qu'il fît couchette!!!!

Écrit par : framboisine | 18/11/2007

toujours en grève? T'y prendrais goût?
ça me donne l'occasion de revoir Laspalès ,
comme la confiture de myrtilles, on ne s'en lasse pas..............

Écrit par : framboisine | 18/11/2007

Aurais-je voulu faire la grève des blogs que je n'aurais pas pu, j'étais en panne d'Adsl !
Aussi curieux que ça puisse paraître si on se fie à la tonalité de mes notes, moi non plus je n'ai jamais fait grève, et je n'ai jamais été syndiqué.
Il m'est arrivé bien souvent de râler contre les grèvistes, les routiers notamment qui m'ont contraint à la fin des années 70, à faire passer ma R16 dans les chemins boueux pour aller au boulot.
Ces gens qui eux aussi "prenaient les Français en otages", ce n'était pas des chauffeurs salariés, c'étaient des patrons, grands ou petits transporteurs qui bloquaient la France, je ne me souviens même pas quelles étaient leurs revendications.
Le droit de faire travailler plus leurs chauffeurs pour gagner plus peut-être, et l'éternelle détaxe du carburant, c'est probable...
A Bientôt...

Écrit par : Crabillou | 19/11/2007

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique