logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

12/06/2007

TRAVAILLEURS TRAVAILLEUSES !

Je viens de classer une partie des nombreuses archives familiales que ma Maman m’a confiées.

Il y a des choses sur la vie, sur le travail, sur l’amour, sur la mort.

Des rires, de l’humour, de la tristesse.

Quelques photos encore, des articles de journaux, des lettres, des mots d'excuses entre parents et instutitrice...

Je commence par ces deux tracts que ma mère me dit avoir été lancés par avion en 1968, l’année de la Chienlit.




Moi je ne sais pas : j’étais enfermé parce que, sans le sous, dans mon école d’ingénieurs, à l’INSA de Lyon Villeurbanne.

J’avais toute une collection de tracts diffusés dans mon école, et que j’ai bêtement jetés il y a quelques années, en faisant ce qu’on appelle du rangement, sans discernement !

Et je rapproche de ces deux tracts un document de mon grand-père paternel, dont je vous raconterai plus tard un court épisode de sa vie, à travers des lettres.



Si vous n'arrivez pas bien à lire cliquer sur  page 1  et page 2

Et ça m’a fait penser également à mon rapport de stage ouvrier, en 1966, lors de ma première année de scolarité à l’INSA.
Ce rapport m’a pris beaucoup de temps à l’époque, où l’on tapait sur de vieilles machines à écrire dont les touches se coinçaient et faisaient des trous dans le papier !
Je serais très intéressé par vos commentaires.

Il est beaucoup trop long et dense pour le publier ci-dessous mais vous pouvez le consulter ou le télécharger en cliquant sur

RAPPORT_DE_STAGE_OUVRIER_OU_RETROSPECTIVE.doc


Renaud « dù qu’i sont »
podcast

Commentaires

En 68 j'avais 31 ans ,marié ,5 enfants et une maison à payer, aussi je ne me souviens pas de ces tracts car il fallait travailler, aussi avec ma vieille 203 peugeot de la banlieue parisienne j'allais à Paris ,rue des Francs Bourgeois et j'avais une bonne partie de la capitale à traverser.Même si les horaires étaients modifiés ,tôt le matin er retour début d' après midi pour éviter les manifs, je me suis trouvé parfois en mauvaise posture(et pas de yoga ces postures)aussi je me rendais vite compte si c'était pour ou contre De Gaulle et je m'en sortais en criant : vive ou abat De Gaulle.
Lâche,peut-être mais pas co..

Amicalement valter.

Écrit par : Prof lefrère | 12/06/2007

Bonsoir Dominique ,

Comme toujours , c'est un plaisir de te lire !
On en sort toujours plus " instruit ".
De toutes façons , Tout est relatif ...
Quant à être manichéen , gardons nous de ce poison .
L'essentiel c'est l'honnêteté et le respect .
Michel .
La photo que tu m'as envoyée est magnifique !
Comment te remercier ?
Amicalement .

Écrit par : lebrac | 12/06/2007

En 1964 j’ai fait un stage de 4 mois pour l’obtention du BSEC (en fait un bac technique commercial) au siège social du Gaz de France à Paris. A la fin il fallait présenter un rapport de stage..
Beaucoup de similitudes entre mon rapport et le tien . Il fallait le taper à la machine à écrire (non électrique bien sur) avec des carbones ou pire ronéotyper à l’alcool ou encore pire aux stencils (taper à la machine sans ruban pour percer le papier afin de laisser passer l’encre). Gare aux taches d’encres ou d’alcool. c'était un vrai travail d'imprimerie.
Même, sachant à l’époque bien taper à la machine (il fallait taper 140 mots à la minute sans fautes) il fallait faire du charme aux petites dactylos pour se faire aider.

C’est une idée je parlerai de ce stage sur mon blogue avec photos des pages les plus intéressantes..

Après il y eut le B.T.S. gestion (La deuxième session après le début de cet examen)….Puis.beaucoup de frappe de dactylo à l’armée, puis après, des rapports d’entretien, des lettres clientèles, le secrétariat , la photocopieuse, et enfin l’ordinateur……

Ton rapport de stage est par bien des points d’actualité : Heures supplémentaires, participation aux bénéfices, loisirs etc…….

Moi aussi, en 68, j’étais enfermé : à l’armée en Allemagne consigné à la caserne…..

Il me faudrait beaucoup de temps pour parler de tout cela...


Amicalement.

Écrit par : pierlouim | 12/06/2007

Et bien moi en 1968,j'était en Algérie,àBordj'el kiffan avec mon mari (qui était pendant une période à l'atelier mécanique des travaux publics à Hussein Dey) et mon fils ainé.Je me préparais à mettre au monde mon 2ème fils qui est né le 06.05.1968.J'écoutais les infos à la radio et je ne me suis pas tellement rendu compte de ce qui se passait en France.Je l'ai compris bien plus tard.
Sur ces souvenirs de part et d'autres,je vous souhaite à tous bonne nuit.
bien amicalement. M@+

Écrit par : mireille | 13/06/2007

Moi, en 68 j'étais aussi élève-ingénieure et je logeais en cité U à Orsay, dans l'Essonne. Nous étions plusieurs étudiant(e)s provinciaux ou avec des parents vivant à l'étranger, complètement coincés par les grèves, sans le sous puisque les mandats n'arrivaient plus, et j'ai le souvenir d'avoir fait du stop à 2 ou 3 pour aller chercher quelques subsides ou provisions chez des cousins ou des amis des parents ! j'ai aussi appris à jouer au tarot ... Les copains venaient dans la cité des filles, toute neuve et bien plus agréable et confortable, et puis il fallaient bien profiter du "droit de visite" tout neuf qu'on avait exigé ! eh oui, mai 68 avait commencé entre autre par des manifs pour pouvoir recevoir qui on voulait, et d'ailleurs pas que pour la gaudriole ... puisqu'on ne pouvait même pas travailler ou réviser avec nos copains !
La même année, en juillet-aout, j'ai fait un stage chez Dassaut à Mérignac, près de Bordeaux, où j'ai préparé avec un autre stagiaire les essais de tenue des hublots des Falcon, en particulier pour vérifier s'ils supportaient des chocs d'oiseaux au décollage. On tirait des poulets morts avec un canon ... dégueulasse !!! J'ai failli faire un tour en Mirage IV qui venait d'une révision, mais le pilote a eu une crise d'appendicite le jour où il devait m'emener, en fait peut être que ça valait mieux, moi qui à l'époque étais malade en voiture ou en avion ! Pour faire mon rapport de stage, on m'avait fourni une machine à écrire IBM à boule, moderne pour l'époque, car il fallait que j'écrive plein de formules avec des caractères scientifiques ... Je dois l'avoir encore au fond d'un carton, avec mes cours de l'époque. Lors d'un autre stage l'année suivante, j'ai travaillé à l'avant projet d'un avion "furtif" ... mais là, je n'ai pas été autorisée à écrire de rapport ... top secret !!! alors j'ai "pompé" un rapport d'un autre stagiaire qui était dans une autre école pour pouvoir être tout de même notée par mon école !

Écrit par : dominique | 13/06/2007

Bonjour Dominique,

L'an prochain, on fêtera les 40 ans de mai 68 ! Mais qu'en restera t'il ? A l'étranger où nous étions en famille, le bruit des manifs était estompé. Expatriés, cette explosion non vécue était difficile à imaginer et à comprendre.

Les informations étaient celles de la voie officielle ! Et nous n'avons pas reçu de tract par avion.

Amitiés du grillon

Écrit par : christian | 13/06/2007

Eh bien moi en 64 je faisais un enfant, en 65 mon deuxième... En 68, gréviste pendant 3 semaines avec mon homme... Tous les deux aux P.T.T. Jeunes, l'espoir en bandoulière, la vision d'un champ de blé avec des bleuts, des coquelicots et des marguerites... La solidarité avec les salariés du privé, les croissants et le café au petit matin à la porte de nos administrations respectives... Des craintes de ne pas pouvoir payer les crédits à la fin du mois, les emprunts pour l'appartement, des discussions orageuses avec les beaux-parents qui prenaient peur et imaginaient leur joli pavillon de banlieue nationalisé... au bout de trois semaines, retour au boulot, bien heureux de reprendre le travail. Obtention de la 5ème semaine de congés payés, augmentation du treizième mois... voilà ce que j'ai à vous offrir mes petits camarades.. Et mes bises en plus bien entendu. Miche

Écrit par : miche | 14/06/2007

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique